Partir dans le Sud avec un bébé de 5 mois : compte-rendu en 7 points

Comme toute bonne maman un peu control freak qui ne veut rien oublier, j’ai visité une dizaine de blogues de parents voyageurs, fait des listes à cocher, mis des alarmes sur mon Google Agenda et appelé la compagnie aérienne pour poser mes dernières questions la veille de notre départ. Bien quoi? Chaque première fois amène son lot de stress et de doutes qu’une nouvelle maman veut bien s’épargner lorsqu’elle part en voyage avec un jeune bébé. Voici quelques constats qu’on a pu effectuer après notre séjour de 2 semaines à Punta Cana.

On est vraiment content de ne pas avoir réservé dans un « tout inclus »

On a magasiné des appartements sur le site de Airbnb avant même de savoir quelle serait notre destination finale. Au départ, on pensait aller au Mexique, mais rien n’avait capté notre attention en termes de confort, de prix et de proximité des services. On a finalement trouvé un charmant petit condo à Punta Cana, en République dominicaine, qui correspondait en tout point à ce qu’on recherchait : un appartement complet à quelques pas de la plage, près d’un petit village fort sympathique où on pouvait allègrement choisir entre une sortie au resto ou un souper cuisiné à la maison.

Les Appartements Florisel ont su répondre à tous nos besoins et plus encore. Hana est la propriétaire de plusieurs logements dans une villa colorée du Los Corales Village. Son intendante Gricel était sur les lieux en tout temps et on pouvait communiquer avec elle tous les jours entre 9 h et 17 h 30. Lorsqu’elle a appris qu’on aurait un bébé avec nous, Hana nous a tout de suite proposé de nous fournir un petit lit. Quand nous est venue l’envie de nous baigner dans une piscine et de profiter du buffet à volonté, on s’est pris une Day Pass dans un hôtel 5 étoiles au montant de 50 $. C’est quelque chose qui est offert assez souvent et c’est le meilleur des deux mondes!

00100sPORTRAIT_00100_BURST20180420120042125_COVER (1)
Première baignade de Poupou

La proximité est gage de simplicité

Avec un jeune bébé, on ne voulait pas se casser la tête… Il FALLAIT que la plage et les services soient accessibles à distance de marche, le tout sans être dans un gros complexe hôtelier. Ça tombait bien, puisque notre condo était situé à 20 secondes à pieds de la plage et à 5 minutes d’un mini-marché et de plusieurs restaurants. Notre coup de cœur fut le restaurant à déjeuner Joy, où la terrasse magnifique accueille les familles et les voyageurs en quête de fraîcheur. Smoothies, bols de fruits, café, sucettes glacées maison… En plus, les employés y sont bienveillants et chaleureux (allô Carla et Peter!).

IMG_20180419_131250 (2).jpg
Joy

Les petits détails font toute la différence

En tant que nouveaux parents voyageurs, on a tendance à avoir peur de manquer de quelque chose et on se retrouve à remplir notre valise d’un tas d’articles en trop. L’important, avant toute chose, est de s’informer sur ce qu’il y aura sur place. Par exemple, on savait qu’une laveuse serait mise à notre disposition, donc on a pu diminuer le nombre de vêtements apportés. Même chose concernant le lit de bébé qui nous était fourni et qui nous a économisé un bagage en soute! D’autres petits détails auxquels on ne pense pas, mais qui sont très appréciés une fois sur place : la livraison de cruches d’eau potable, le changement de serviettes tous les 2 jours et la femme de ménage qui vient une fois par semaine. Très pratique, puisque le sable s’accumule rapidement sur les serviettes et le plancher, où bébé passe la majorité du temps (sur un tapis de jeu, quand même!)

Nous avons aussi pris le temps de nous informer auprès des locaux pour savoir où se situaient la pharmacie, l’épicerie et le centre commercial avec le meilleur rapport qualité-prix. Les prix ont tendance à être plus élevés dans les secteurs touristiques, alors vaut mieux magasiner comme un local… Aussi, les couches, les lingettes et autres essentiels pour bébé ont été achetés sur place, ce qui nous offrait encore plus d’espace dans la valise.

Maker:S,Date:2017-11-8,Ver:6,Lens:Kan03,Act:Lar02,E-Y
Soles Bar

Un séjour d’une semaine n’aurait pas été suffisant

Il nous aura fallu quelques jours pour nous adapter à notre nouvelle routine. Heureusement, on n’a pas eu à gérer un décalage horaire. Ça fait d’ailleurs partie des éléments à considérer lorsqu’on choisit sa destination voyage. Par contre, Léon finissait de percer une dent pendant la première semaine et nous avons eu droit à quelques crises de larmes (environ une par jour, pendant 1 heure). Après environ 5 jours, on n’avait pas trop eu le temps de se reposer et l’idée de devoir bientôt retourner à la maison aurait été une véritable déception! Je ne dis pas que ces premiers jours étaient gaspillés, mais plutôt une douce période de transition pour Léon et nous-mêmes… Je ne vous parlerai pas ici de la première fois que nous avons essayé d’aller à la plage – qui a été un véritable échec haha! Disons simplement que c’est beaucoup demander à un petit bébé d’hiver de sortir de son cocon, de prendre l’avion et de s’habituer à un nouveau climat si rapidement. Le mot d’ordre : tranquilo! 😉

Il ne faut pas avoir peur de se diviser pour mieux en profiter

À moins d’amener toute la famille avec nous en voyage, on savait qu’on aurait besoin de tout faire avec Léon. Sortir au restaurant ou au bar, aller à la plage, faire l’épicerie… À un moment donné, et non sans culpabilité, on avait besoin de passer un moment seul chacun de notre côté, sans bébé. C’est pourquoi on s’est organisé des activités individuellement. Gabriel s’occupait de Léon pendant que moi, par exemple, je faisais une excursion de snorkeling. De son côté, il s’organisait une formation de plongée ou une promenade en moto. Ces activités en solo ont réellement fait une différence dans notre appréciation du voyage!

C’est plus épuisant qu’on ne l’aurait cru…

Comme je l’ai mentionné plus tôt, Léon perçait une dent en début de voyage et c’est synonyme d’irritabilité, de fatigue et de crises de douleur. Pas toujours évident! J’imagine qu’il était aussi un peu déstabilisé par la nouvelle température, le nouveau lit et les nouveaux horaires pas trop prévisibles comme à la maison… Faut croire qu’il est élevé dans la ouate, c’t’enfant-là! Qu’on le veuille ou non, les besoins de bébé passent toujours avant les nôtres. Il n’est pas capable de faire la sieste sur la plage? Papa ou maman doit rentrer le coucher dans son lit. Bébé commence une crise au restaurant? On se dépêche de payer la facture et on rentre. On vit constamment au rythme de Poupou et, en tant que nouveaux parents, ça fait qu’on marche toujours sur des œufs, un peu dans l’attente du prochain besoin auquel répondre. Ça peut paraître niaiseux, mais c’est viscéral. On ne peut pas endurer trop longtemps un enfant qui pleure. Et Léon n’est pas un enfant qui pleure beaucoup ni pour rien.

Maker:S,Date:2017-11-8,Ver:6,Lens:Kan03,Act:Lar02,E-Y
Bébé content

…Mais ô combien gratifiant!

Malgré nos petites embûches, on est vraiment content de nos vacances. On a pris de superbes photos-souvenirs à imprimer et à placer dans l’album de bébé. Léon ne se souviendra pas de son premier « vrai voyage », mais on pourra lui raconter cette aventure dans quelques années. On se rappellera de Gricel l’intendante très gentille, de Bernardo l’homme à tout faire qui nous réservait nos chaises longues sur la plage, de César le serveur du Soles Bar qui nous servait des French Fries avec son anglais raboteux, de la première baignade de Léon avec sa face de pas sûr sûr, et des 14 jours de soleil qui ont fait un bien monstre à notre âme après un hiver qui ne nous a pas donné de répit.


Petite anecdote : une nuit, Léon nous a piqué une de ces crises, si intense qu’il en avait à un certain point de la misère à respirer. Il hyperventilait et on ne savait pas quoi faire. On a tenté à 2 reprises d’appeler le 911, qui est aussi le numéro d’urgence là-bas, et aucune réponse! Toutes les raisons du monde de paniquer, t’sais. Après 3 appels infructueux pour un taxi, on a finalement demandé à un garde de sécurité à l’entrée de nous en appeler un. Léon s’était calmé entre-temps, mais le chauffeur s’est quand même arrêté en chemin pour appeler l’hôpital afin de vérifier leur adresse, car il ne croyait pas qu’il y avait un hôpital à cet endroit… J’étais fâchée et j’ai un peu monté le ton pour qu’il reprenne la route (on avait fait nos devoirs et on suivait sur Google Maps, quand même!).

Au moins, en arrivant, on s’est fait prendre en charge tout de suite. Il n’y avait personne d’autre que nous à l’hôpital et le médecin nous attendait littéralement à la porte!!! (Prends ça, Québec.) Léon n’avait rien de grave… On a eu plus de peur que de mal. Tout est bien qui finit bien, et on s’est promis qu’on prendrait le temps de vérifier les numéros d’urgence avec notre hôtesse la prochaine fois… Ah! Et dans l’avion du retour, on s’est rendu compte qu’une 3e dent pointait à l’horizon… Le pauvre! 


 

Crédits photo :
La petite mom

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Navigate